Revenir au pays: c’est pas la honte !

img_3489

Revenir au pays: c’est pas la honte !

 

J’ai quitté mon île pour la France en 2010, où j’ai habité 4 ans dans le grand Paris.

Durant ces 4 années, je ne pouvais m’imaginer retourner au pays pour autre motif que des vacances. Je me représentais “le retour au pays natal” comme une forme de régression. Avec du recul, je fais le constat que ce sentiment est propre à notre culture, nos préjugés sur nous même et nos idées reçues sur l’extérieur: “Pani ayen Matinik”

Aussi quand je voyais qu’un confrère était reparti vivre en Martinique, je me disais qu’il n’avait certainement pas réussi dans ce qu’il avait entrepris en France, ou bien qu’il était retourné chez ses parents car il ne s’en sortait plus. Dans bien des cas j’avais raison mais…

Aujourd’hui, j’ai droit à ces mêmes réactions quand je dis que je suis revenue vivre en Martinique:

“Mais quelle idée !”

“Repars vivre ailleurs, ya rien ici!”

 

Comme ci vivre ailleurs voulait forcément dire vivre mieux !

 

L’ironie c’est que ceux qui vous disent de partir, sont les mêmes qui n’ont jamais quitté le pays, et qui ne partiront probablement jamais.

 

Une phase de test

11025831_10204030270857252_710069533102882047_n

Dlo féré – Anses d’arlet

C’est la première étape vers mon retour définitif, une sorte de phase test.

Je vivais à Miami depuis seulement 6 mois, quand j’ai eu le mal du pays. J’étais partie apprendre l’anglais dans une école du centre. Un jour j’ai eu le sentiment d’avoir atteint mon objectif. Plus rien ne me retenait dans cette ville alors au lieu de retourner vivre à Paris, je suis rentrée en Martinique, je voulais retrouver les miens, retrouver ma culture, mes plages, mon “chez-moi”…

 

Je reviens des Etats-Unis et aux yeux de tous, quitter les USA pour la Martinique c’est inconcevable! Je me plie aux exigences des moeurs. J’insiste alors sur le fait que je suis de passage en Martinique. Ce passage va durer trois mois, trois mois durant lesquels je vis pleinement la vie Martiniquaise (The Martinican Way of Life) comme je l’entends. Famille, plage, soirées, carnaval, cuisine créole etc…

 

Puis je repars…

 

Ailleurs, j’étais une étrangère.

11053265_10204731435065919_1736090764350352022_n

Sur un rooftop suédois

Aujourd’hui je pense être une sorte d’aventurière à ma façon. L’inconnu ne m’effraie pas! J’ai fait quelques voyages quand j’habitais à Paris, j’en ai aussi fait quand j’étais aux Etats-Unis. J’ai habité en Espagne, en passant par la Suède et le Brésil. Je pars très souvent seule et sans billet d’avion retour. J’apprends à être fière d’être Martiniquaise, et quand je parle de mon pays je m’assure de n’en dire que du bien !

 

Je me suis fait énormément d’amis, des personnes qui ont rendu mes séjours inoubliables. Je me suis sentie proche d’eux, j’ai adoré partager leur culture, mais tout cela manquait de sens, je n’avais pas le sentiment de vouloir rester parmi eux.

En parallèle, j’ai fait la rencontre de personnes qui me reprochaient d’avoir quitter mon paradis, et des questions très récurrentes me sont posées:

-D’où viens tu? Pourquoi as-tu quitté ce beau pays pour venir chez nous?

-Tu dis être française mais tu étais quoi avant? (puiske mwen nwè!)

-Pourquoi n’as tu pas les cheveux crépus toi?

J’ai pleinement conscience que ces questions sont la preuve d’une ignorance vis à vis de mon histoire, du passé de mon peuple mais tout de même elles me font me sentir étrangère, j’ai le sentiment de ne pas être à ma place. (Si cela ne vous est jamais arrivé, sachez que les personnes qui ne vous posent pas ces questions, n’en pensent pas moins)

L’ironie c’est qu’en Martinique AUSSI, on me demande ce que je fais ICI, mais au moins ICI, je sais que je suis chez moi!

 

Je saute le pas !

IMG_3489

La couronne originelle hihi !

Le 1er août 2015, je rentre du Brésil. Je sais que cette fois c’est pour de bon car j’ai des projets plein la tête et je compte bien les réaliser. Au début, j’ai eu des phases de doutes, des moments de faiblesses surtout quand je n’ai pas reçu l’accueil que j’espérais au sein de ma famille proche. Mais grâce à mon entourage, notamment mes cousines j’ai su garder l’ambition qui m’avait poussé à revenir.

Cela fait maintenant, un an que je suis revenue, je ne regrette absolument pas d’avoir quitter la Martinique, et je suis surtout fière d’être de retour. Je reste convaincue que mes études, mes expériences à l’étranger, mes rencontres, mes déboires m’ont formé à la nouvelle vie que je m’apprête à vivre ici. Je déplore simplement le fait qu’il ai fallu que je parte pour aimer la Martinique et j’admire ceux qui n’ont pas eu besoin de voyager pour l’apprécier à sa juste valeur.

 

Je m’appelle Stéphanie MUDAY, je suis une jeune femme de 25 ans, consultante en achat international à mi-temps, [créatrice de mode] à plein temps, j’aime ce que je fais et j’ai encore pleins de rêves à réaliser. Je suis amenée à voyager pour le travail, mes projets d’entreprise m’obligeront un jour à partir loin et peut être pour des durées relativement longues mais je sais où se trouve mon chez-moi, là où je reviendrai toujours.

 


 


0 (2)

Stéphanie La Betty Oopss

 

0

Betty Oopss

 

0 (1)

[email protected]

 

0 (3)Betty Oopss

 

0

The Martinican Way of Life

 

Betty Oopss
Betty Oopss
[email protected]

Blogueuse et Sociologue de formation, je fais mon "retour au pays" en lançant ma marque: The Martinican Way of Life®. Je suis devenue créatrice de mode suite à un voyage en Suède d'où m'est venue l'idée des couronnes de fleurs que je vends sur ma boutique en ligne.

32 Comments
  • Les récits de BettyOopss – The Martinican Way Of Life
    Posted at 23:57h, 19 juillet Répondre

    […] Revenir au pays: c’est pas la honte ! […]

  • burner
    Posted at 02:25h, 20 juillet Répondre

    Salut stephanie!!!
    Pour commencer tres beau parcours!!!
    Je t’envie d’avoir voyagé autant et partout sa doit etre de tres bonnes experiences comme tu a l’aire de le décrire.
    Je n’ai pas voyager autant mais je suis tout a fait d’accord avec toi, revenir en martinique n’est pas une forme regression!! Vie ton reve a fond fait ce que te dicte ton coeur! Vie ou tu a envie d’etre et non ou les autres auraient aimé vivre!!!

    Gros Bisous!!

    Nathanael

    • maleau
      Posted at 12:30h, 20 juillet Répondre

      le plus difficile est pour ceux qui sont partis depuis l age de 16 ans & là le retour est parfois difficile meme si tu aimes MADININA tant de choses ont changé***ceux qui sont partis à 39 ans comme mon mari quand nous partons en vacances c est comme s il était parti depuis quelques mois * certains amis me disent pour les vacances ok mais pour y revivre non *moi je suis d accord avec eux suite à de graves problèmes avec une partie de ma belle famille *bien réfléchir avant le choix du retour * 2011 avons tout perdu notre reve est devenu un cauchemar *voilà bonne chance pour ceux qui retournent sur cette ile paradisiaque **

  • Luce william
    Posted at 02:57h, 20 juillet Répondre

    Super expérience et oui notre Martinique est belle

  • Marion
    Posted at 04:41h, 20 juillet Répondre

    Super article! Très intéressant!
    Bravo!

  • Linda
    Posted at 06:11h, 20 juillet Répondre

    C’est toujours beau de voir quelqu’un réaliser ses rêves et concrétiser ses projets ! Peu importe ce qu’en pense les autres! Félicitations et bonne continuation!

  • MONSIEURALEXANDER
    Posted at 06:18h, 20 juillet Répondre

    Superbe Article ! Tu me donnes à réfléchir très sérieusement !!!!

  • NaY
    Posted at 06:24h, 20 juillet Répondre

    Belle expérience et beau récit. Après 13 ans sur Paris. J’ai fait aussi le choix du retour au pays natal… En un mot pour la qualité de vie en Martinique qui n’a rien à voir avec celle de Paris.

  • Nanou
    Posted at 07:07h, 20 juillet Répondre

    Super !! Je me reconnais dans ton article.

  • ameya
    Posted at 07:12h, 20 juillet Répondre

    J’aime cet article qui relate bien une belle épopée jeune et riche. Des similitudes avec mon histoire. Merci pour ce partage.

  • Being Missflo
    Posted at 07:17h, 20 juillet Répondre

    Super article plein de bonnes vibes et de vérités! J’ai quelques exemples de domiens qui sont retournés au pays et je trouve que c’est très courageux. Je pense qu’il ya plein de bonnes choses à faire

  • Charler
    Posted at 07:26h, 20 juillet Répondre

    Très belle articles !
    J ai moi aussi le projet de partir vitre au Antilles là où sont mes origines ! Et en te lisant je me dit que je fais le bon choix de vouloir partir vivre là-bas , malgré comme tu le dit dans ton articles les remarques des gens ! Bonne continuation dans tes projets futur !

  • MERILFRED
    Posted at 07:56h, 20 juillet Répondre

    Ton expérience et tes émotions sont rafraîchissantes. Merci de partager ça avec nous. Bientôt 22 ans que je suis de retour au pays. Tu ne m’en éloigne pas plus d’un mois. Être martiniquais s’est un privilège et ça se mérite. Les immigrants conquérants n’ont qu’à bien se tenir. Il faut fédérer toutes ces énergies positives dont celles que tu nous proposes aujourd’hui, pour construire la Martinique du 21eme siècle. Au plaisir.

  • kheops
    Posted at 08:16h, 20 juillet Répondre

    c’est super !!!
    j’ai quitté la martinique depuis 2005 et j’ai vraiment envie de revenir car j’ai beaucoup de projets mais très peu de moyens. Votre témoignage est très encouragent et je compte vraiment sauter le pas. Merci à vous

  • Popo
    Posted at 08:51h, 20 juillet Répondre

    J adore on veut ton snap !!

  • Elodie
    Posted at 09:39h, 20 juillet Répondre

    Super article qui résume bien mon état d’âme, moi ça fait juste quelques jours que je suis de retour au pays après 11 ans d’une vie bien parisienne. J’espère avoir fait le « bon » choix. Au plaisir de te lire.

  • Noémie
    Posted at 09:59h, 20 juillet Répondre

    Super article 🙂 je suis partie de Martinique il y a environ 10 ans. Comme toi j’ai pas mal voyagé. Mais après 4 ans passé au Canada j’ai de plus en plus le mal du pays. Mais il y a encore tellement de questions qui font que je suis hésitante à rentrer. En tt cas bravo pour ton parcours

  • Hubert PERONET
    Posted at 10:02h, 20 juillet Répondre

    Salut Stéphanie , bravo.
    Tes mots sont forts et plein de sens .
    T’es une femme super et je suis fière de te connaitre .

  • Dressinggirly31
    Posted at 10:21h, 20 juillet Répondre

    C’est vrai que lorsque l’on quitte son île pour un autre pays les gens ont tendance a pensé que la vie est meilleur là bas! Comme tu le dis en général c’est ceux qui ne sont jamais aller nulle part que le disent!
    Personnellement je suis également parti en 2010 pour m’installer à Toulouse pour faire mes études et puis je me suis toujours dis qu’après avoir fini je rentrerai chez moi pour travailler donc le retour ne sera pas un échec mais un signe de réussite et d’atteintes de mes objectifs. Bon courage pour la suite et bravo pour ton article.
    Bisous Serdee.

  • Aude
    Posted at 10:34h, 20 juillet Répondre

    Bonjour,
    Magnifique article qui fait plaisir!
    Félicitations pour votre parcours et votre retour. Pour ma part, je vis en métropole depuis 5 ans et j’ai pour projet de rentrer prochainement.
    Rentrer n’a jamais été une forme fe régression ni pour moi, ni pour mes proches à ce que je sache.
    Encore bravo et profitez bien de notre belle île!
    Je vous envoie mes bonnes vibrations pour la suite!

  • Gilda
    Posted at 11:46h, 20 juillet Répondre

    Je me reconnais beaucoup dans ton articles étant parti à Londres pendant 4 ans et revenu depuis 3mois au pays. Je n’ai jamais vu des yeux aussi rond quand j’explique mon parcours. Pk est tu revenu ? Que fais tu ici etc… Étant dans le tourisme , je redécouvre au contraire ma petite île et ses richesses. L’ironie c’est qu’à Londres , au contraire, les personnes que je rencontrais s’étonnait de voir que jai troquer le soleil pour la grisaille. Je me souviens quand jai quitter mon travail tous mes collègues étaient mort de jalousie et le sont toujours d’ailleurs ! Avec un ton narquois , je n’hésite pas à leur envoyer des photos de paysages qui pour eux sont paradisiaques mais qui sont maintenant mon quotidien . Je t’avouerais que l’insertion est difficile , mais je ne questionne pas mon retour car j’apprends et me construit tout autant à l’étranger qu’ici ! 🙂 bonne continuation à toi !

  • Peguybe
    Posted at 13:58h, 20 juillet Répondre

    Bonjour Stéphanie!
    Sachez que la Martinique est fière des enfants comme vous!
    Continuez à faire connaitre notre belle île. Elles est merveilleuse avec tout ce qu’elle comporte de positif mais aussi de négatif. C’est ça la vie!
    Du haut de ma soixantaine, j’ai parcouru comme vous les continents. C’est très enrichissant. Ce qui permet d’apprécier de revenir chez soi.
    Bonne continuation en votre qualité de citoyenne du monde.
    Mon vrai prénom : Guylène

  • Lilya
    Posted at 22:07h, 20 juillet Répondre

    Ton histoire me rappelle celle de beaucoup et surtout la mienne. 7 ans en France où j’ai habité 3 villes, 2 ans en Espagne, etc.. Des voyages plein la tête, de superbes rencontres mais toujours ce manque, cette sensation de ne pas être à sa place. Je suis rentrée en Martinique il y a 6 ans puis repartie entre temps pour le boulot (courte durée). Et aujourd’hui j’y suis installée définitivement car la famille, les amis il n’y a que ça de vrai.

  • Sébastien
    Posted at 06:24h, 21 juillet Répondre

    Salut Stéphanie,

    Merci de partager ton, même tes expériences.

    Pliss foss !!!

  • MORVANY
    Posted at 10:49h, 21 juillet Répondre

    Leslie

  • MORVANY
    Posted at 10:52h, 21 juillet Répondre

    Waouw, franchement chapeau Stéphanie, je partage entièrement et te remercie profondément pour cet écrit à travers lequel, je me suis complètement retrouvée…
    Merci d’avoir osé et bonne continuation !
    Leslie, une jeune femme de ton âge qui a fait le même choix sur l’île sœur.

  • Ratenan
    Posted at 11:34h, 22 juillet Répondre

    Je me reconnais bien là quelques années plus tôt…..j.’ai tout de suite su que j’avais fait le bon choix….et je ne regrette rien…je suis fière de voir qu’il y a d’autres et qu’il y en aura encore beaucoup d’autres……en tout cas je l’espére…depuis je ne cesse de montrer autour de moi (enfants , élèves, étudiants…..etc) combien il est bon d’aimer, d’apprécier notre belle Martinique…rien n.’est simple…mais ne demandez pas ce  » que votre pays a fait pour vous mais ce que vous, vous avez fait pour lui »et surtout ne donnez pas aux autres  » la cordes pour vous pendre » ….Merci pour votre témoignage…..

  • Mohand
    Posted at 15:00h, 22 juillet Répondre

    Encore captivant ! C’est vrai malheureusement c’est quand on quitte quelqu’un ou quelque chose qu’on l’estime à sa juste valeur 🙂
    Gros bisous, a un de ces quatre sur Paris ou état unis 🙂

  • Acina
    Posted at 18:57h, 22 juillet Répondre

    Madinina ou Gwada sé minm konba; Fo pa jijé lot, pass sé on sel fwa toute moun ka vive! de plis lavèni aw pa foséman la lonbrik aw téré! kon toute moun mwin osi ay en vant a bêt la dan lé zan’né 70, en 1978 plis exactèman é si en woutouné o péyi di zan plis ta alos ki sa té ka maché byin pou mwin; Sé pass lanbisyon mwin sété di fé lé zot pwofité di expéyans an mwin! Dépi en fo’mé pré di 250 jin’n, en monté kelke entrèpriz é soutou sa pèmèt mwin mèt pyé a zanfan mwin (ki fèt en vant a b^t la) a létriyé kon yo ka di,jodi en ni yon’n ka fè lékol isit en Gwada é on dot si Paris! an pa ka jijé pèson’n pass la Matinik kon la Gwad’loup pa lè sent’ di la tè, pa kont sa en pé di la jénes sé si on jou yo ni litansyon ritouné sé dépi konyé la pou pwéparé witou a yo; NI ON LAJ POU TOUTE BITIN OU BAGAYE; Fos kouwaj é lanmou pou zot toute <3

  • Paul
    Posted at 20:59h, 26 juillet Répondre

    Respe pou ich peia . Félicitation

  • Jess
    Posted at 21:05h, 07 septembre Répondre

    Merci pour ces encouragements pour tous ceux qui ont un parcours international mais qui ont appris à l’étranger que venir de Martinique est une chance et y vivre est un privilège. Je m’apprête à revenir après 14 ans passés à Londres et une expérience faite de succès professionnels, de voyages lointains et fréquents et de liens tissés avec des gens des 4 coins du monde. cependant une chose a toujours été claire pour moi: Je suis partie en ayant l’objectif de revenir. Aujourd’hui j’ai l’opportunité de rentrer dans mon île, la maison, et ca n’a pas de prix. Ce n’est certainement pas une régression mais un choix personnel qui correspond à un objectif sur le long terme. Quitte à rentrer, mieux vaut le faire avant qu’il ne soit trop tard pour se réadapter plus facilement. Beaucoup d’expats métropolitains attendent de prendre la place des martiniquais qui restent à l’étranger. A chacun son choix de vie.

  • Danyéla
    Posted at 07:56h, 04 octobre Répondre

    Bonjour Stéphanie, ton article est très beau. Je me reconnais un peu dedans même si pour l’instant je n’ai pas encore sauté me pas un jour je l’espère.

Post A Comment